Jean Portante est né en 1950 à Differdange (Luxembourg), de parents italiens. Il vit à Paris. Son œuvre, riche d’une quarantaine de livres – poésie, romans, essais, pièces de théâtre – est largement traduite et publiée dans une vingtaine de pays. En 2003, il a reçu en France le Prix Mallarmé pour son livre L'étrange langue. En 2011, il a été couronné du Prix national au Luxembourg, pour l'ensemble de son œuvre. Ses livres sont publiés essentiellement chez PHI (Luxembourg) et au Castor Astral (France). En 2014 a paru, chez PHI, une anthologie réunissant l’essentiel de son œuvre poétique : Le travail de la baleine. En automne 2015 PHI a publié son cinquième roman L’architecture des temps instables.

César Stroscio est né en 1943 en Argentine, et a commencé très jeune l'étude du bandonéon à Buenos-Aires. A l'âge de 14 ans, il joue dans des orchestres populaires de tango. Avec Juan Cedrón et Miguel Praino, ils fondent en 1964 un Trio, et dans le même temps, ils ouvrent à Buenos-Aires le café-concert Gotán, qui programme poètes et musiciens d'avant-garde. Le trio, devenu Cuarteto Cedrón, fera une carrière nationale puis internationale à partir de 1970. Après son départ du Cuarteto, en 1988, il fonde avec le guitariste Pino Enriquez, le Trio Esquina (4 CD, le dernier en date, Esquinero, à paraitre en 2016). Toute son activité musicale a été liée à la poésie : celle de Juan Gelman, de Raul Gonzalez Tuñon, de Pablo Neruda, de O. Elytis...Il a accompagné de nombreux chanteurs liés à la poésie (en premier lieu Paco Ibañez, Jacques Bertin, Angélique Ionatos...). Il a enregistré le CD Ruiseñores de nuevo avec Juan Gelman en compagnie duquel il a fait de nombreux récitals, puis en 2016 De Ida sin vuelta avec le poète Alberto Szpunberg.

Jean_portante_cesar_stroccio_DSC02250.jpg