Pourtant, un marin perdu dans la tempête qui parvint à regagner l’Islande, décrit une terre, à l’Ouest. Depuis longtemps Erik le Rouge en rêve. Puisqu’on le chasse d’Islande, il découvrira cette terre nouvelle à l’ouest de la limite du monde, et reviendra, en héros. Ce sera le Groenland.

Mais la tentation est grande de repartir à la conquête de nouvelles terres. Erik le Rouge n’y parviendra pas, ce sera son fils, Leif. Il découvrit une terre qui pourrait bien être Terre Neuve ou les côtes d’Amérique du Nord.

A travers cette narration, c’est la spécificité de la culture des peuples médiévaux du Nord que la conteuse évoque. L’Islande, peuplée par les norvégiens, connut le premier parlement de l’Europe moderne et fut indépendante durant 300 ans avant de passer sous contrôle danois.

Les Navigations d’Erik-le-rouge
Celui que l’aventure appelle
Arme le vaisseau à hauts bords.
Lève l’ancre et sur la mer rebelle
Vogue, l’oiseau des mers, le knorr.
Selon la loi des rois de Norvège
Celui qui a tué doit payer.
Rare, celui qui paie de son sang.
Plus souvent, il met à la voile
Trace un nouveau chemin sur la mer.
Ils sont nombreux ceux qui l’accompagnent.
Femmes et enfants, amis, parents,
Les serviteurs et tous ceux du clan.
Ils vont en Islande, la nouvelle.

Les_Navigations_affiche.jpeg