Alafrez paul maz sylvain solustri.jpg

Les artistes :

Abdul Alafrez :

Alafrez Magimachines1_reduite.jpg Son apprentissage des techniques secrètes ayant commencé très tôt, ce fut à 22 ans qu’il fut jugé apte à exercer l’art mystérieux et à recevoir un nom: Abdul Alafrez, en hommage à ses maîtres.


Depuis, la grande variété de son activité (Spectacles en chair et en os, mais aussi conception et réalisation d’effets spéciaux et d’illusions, pédagogie et publications magiques) l’a amené à travailler dans la plupart des pays européens, dans des lieux et des contextes aussi divers que:

Théâtre (Anatoly Vassiliev, Julie Brochen, Dan Jemmett , Stuart Seide, Lucian Pintilié, Andreï Serban, Pierre Pradinas, Michel Dydim, Jacques Nichet, Laurent Fréchuret, Jean Luc Moreau, Alain Sachs, Eric Civanyan, André Engel, Jérôme Savary, Yves Robert...)

Danse ( Opéra de Paris, Jean Guillaume Bart, Maguy Marin, Dominique Boivin, Luc Petton, Philippe Découflé...)

Musique (Don Cherry, Charlie Haden, Jean-Pierre Drouet, Ensemble Modern, Trilok Gurtu, Lounge Lizards, Michael Riessler, Porthmouth Symphonia, Michel Legrand, Jean Marc Padovani, Henri Texier, Denis Levaillant, ARFI, le Quatuor, Joseph Racaille, Thomas Fersen, Rita Mitsouko...)

Lieux chics et personnalités considérables (Comédie Française, Odéon, Châtelet Théâtre Musical de Paris, Théatre de la Ville, Théâtre des Champs Elysés, Opéra comique, MC93, Théatre National de Strasbourg, Théâtre antique de Taormina, Den Hague Congress Bouw, Stade olympique de Munich, Kunsthalle Berlin, Tokyo Metropolitan Art Space, La Tour d’Argent, Le Palace, Fondation Cartier, Musée d’art moderne de la ville de Paris, Casino de Deauville, la Vigie de Monte-Carlo, Palais de l’Elysée, Famille royale d’Arabie Saoudite, Familles princières de Monaco et d’ailleurs, Archevêque du temple de Munich, François Mitterrand, Prince de Saxe...)

Il considère chacun de ses spectacles comme un pas de plus vers son double but: réhabiliter un art injustement méconnu et devenir maître du monde.

Paul Maz :

paulmaz lmp bois colombes barre.jpg Après une carrière de journaliste, Paul MAZ crée en 1998 la Compagnie "Le Souffle Magique". Auteur et interprète il allie dans ses spectacles la magie au conte et à la poésie de Robert Desnos, Raymond Queneau ou Federico Garcia Lorca.
Il suit une formation d'art dramatique à l’école de Théâtre de Fontenay sous Bois, dirigée par Danièle Bouvier et travaille avec la compagnie « la Semilla ». Sa formation passe ensuite par la Ligue Française d’Improvisation (Paris), la Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs, le Centre International de Prestidigitation et d’Illusion (Blois) et l'atelier de mime corporel dramatique de Belleville dirigé par Ivan Bacciocci.

Anne Quesemand et Laurent Berman qui dirigent le Théâtre de la Vieille Grille accueillent ses premiers spectacles. Ils lui apporteront de précieux conseils et leur confiance. C'est dans ce lieu mythique du café-théâtre parisien que Paul MAZ reconnaitra sa famille artistique.

Il participe à de nombreux festivals avec des spectacles "jeune public" (Festival d’Avignon off, Festival des Mômes à Montbeliard, Festival Confluences à Chinon, Trétaux Jeune public à Tourcoing, Festimômes à Hardelot, Festival d'été de Sédières, Festival Presqu'ile en pages en Aquitaine, Festival L'Ilot Théâtre en Guadeloupe, Festival de Magie et de Féérie de Wavre en Belgique ou Festival jeune public Tchkikoun en Algérie..., …) .

Depuis sa création en 2001, Paul MAZ milite au sein de Magev (voir le site). Cette association qui accueille une quinzaine de magiciens professionnels offre aux enfants hébergés dans des structures spécialisées ( IME, EMP, orphelinats, hôpitaux…) des spectacles et des ateliers de magie.

Son site :
www.paulmaz.fr


Paul MAZ est aussi artiste peintre
son site : www.paulmaz.com

Sylvain Solustri :

Doc pub Solustri Hochain (2)[2].jpg Né dans un wagon du Transsibérien entre Vladivostok et la Saint-Jean d’hiver (chère à Antoine Blondin), le Magicien Sylvain est le fruit des amours coupables d’un cardinal ultramontain et d’une comtesse roumaine de la première moitié du XIIe siècle, restaurée au XVe, grâce aux largesses du Saint-Siège, et vivement recommandée aux touristes par le guide Michelin.

Silvano Solustrissimo von Frankenstein (c’est son véritable nom) a vu le jour avant terme en pleine guerre froide. Nul ne sait à la suite de quelle circonstance il fut mis en nourrice chez un soprano de la chapelle Sixtine, mais on soupçonne que son père, le cardinal, a usé de son influence pour le pousser dans cette voie sacrée.

N’éprouvant pas la vocation, il s’enfuit à la fleur de l’âge en dérobant un reliquaire de Saint-Jean de Latran qu’il revendit à vil prix à un brocanteur du ghetto de Prague. Son ascendance et les circonstances historiques l’amenèrent quelques années plus tard à organiser un vaste trafic de chandelles romaines entre Saint-Pierre-et-Miquelon et Berlin-Est, ce qui lui vaudra un séjour à la Santé où il coulera des jours heureux aux côtés d’une épouse aimante.

A l’âge de douze ans, il découvre dans la table de nuit de sa tante Victor deux ouvrages qui vont bouleverser sa vie : l’Art du Contrepet de Luc Etienne et la prestidigitation sans bretelles de Robert Boudin. Il les dévore en une nuit. A l’aube, sa décision est prise : il sera magicien !

A 19 ans, il crée la troupe des Magic’s Débilos , où il s’illustre en vendant les esquimaux à l’entracte et en entretenant les blocs-lumière des sorties de secours. Seul survivant après la tragique matinée du 24 décembre où la troupe brûla les planches, Sylvain ne faiblit pas, il redresse la tête, suivant en cela le grand principe de son maître Molière : « Molière, dure demain ! » (si vous l’avez pas saisie, celle-là, demandez à un huissier, il fera ça très bien...)

La gloire arrive enfin avec des spectacles comme : Devenez magicien en 2 heures , écrit en collaboration avec Fernand Majasque, Si tu touches à ma colombe ou encore l’indémodable T’assieds pas sur ma baguette magique .

En 1978, il obtient le grand prix toutes catégories au congrès de l’A.F.A.P. (Association Fatiguée des Amateurs Pathétiques) de Fouzy-lès-Deupogne devant Albert Chupin- Glumeux et Marcellin Dukroumir (forfait pour inflammation laryngée du métacarpe).

Il décide alors de monter son propre spectacle et c’est le célèbre vanne man show dans lequel on peut le voir dans les rues et sur les marchés où son numéro de vendeur de râpes à légumes et nettoyant pour moquettes fait sensation.

En 2010, malgré sa promesse au juge des libertés conditionnelles, il monte une nouvelle escroquerie : la publication de sa photo sur inter(pas très)net. Les victimes sont nombreuses !