Synopsis

BISCOTTO, le biscuit-matelot-pâtissier d'un bâteau naufragé, est prisonnier de l'Ogre GALIMAFFREE qui menace de le manger “tout cru tout de suite”. Pour l’éloigner, il lui promet une fiancée “à croquer”, à condition que l’Ogre lui apporte les ingrédients nécessaires, lui enseignant ainsi les rudiments de la patience et de la vraie gourmandise. Pendant que l’Ogre part à la conquête du cacao en Afrique, de la canne à sucre aux Antilles…le petit mousse invoque les fées de la pâtisserie et cuit un gâteau : surgit alors TARABISCOTTE, l’appétissante fée-pâtissière ; l’Ogre revient, après avoir tout ravagé sur son passage et affamé le monde, et prétend s’approprier Tarabiscotte sur le champ. Nouvelle ruse des deux compères : Tarabiscotte ne peut se laisser épouser sans le gâteau de mariage que Biscotto se met à pétrir et cuire ; elle noie l’Ogre sous un déluge de mots et de chansons, pendant que Biscotto piège son habit : GALLIMAFREE finira rongé d’Impatience, dévoré d’Envie, aveuglé de Rage, ivre de Haine… Tarabiscotte et Biscotto, devenus amoureux dans l’épreuve, libèrent du garde-manger les petits lardons que l’Ogre y avait enfermés : Hansel, Gretel, Alice et autres esclavons d’une réalité très actuelle.

Note d’intention

La morale de l’histoire, puisque morale il y a comme dans tout conte, est implicite : les deux personnages -BISCOTTO le poète-créateur-pâtissier qui emprunte au Pierrot, et TARABISCOTTE, la fée coquine aux formes douces mais au langage dessalé- nous enseignent que les vrais plaisirs de la gourmandise sont ceux que l’on partage, et mettent en valeur l’alchimie de la patience, de la civilisation, du goût, du savoir-vivre et du partage, contre la brutalité et la voracité destructrices des égoïsmes gloutons.

Le texte, dialogues et chansons, est presqu’entièrement construit à partir de métaphores culinaires - proverbes, images, expressions - alternant avec une bande-son faite de bruitages et musiques.

L'Ogre n'est pas incarné ; il est présent par la voix dans une bande-son très travaillée, et visuellement sous la forme d'ombres chinoises ou de projections.

Les musiques nous entraînent dans un univers jazzy, mâtiné de références sud-américaines.

Le Mousse au chocolat ... La presse en parle :

logo L'est républicain1999.jpeg L'Est Républicain 27 février 1999 ... "Jeux de mots délicieux, situations craquantes..."Le mousse au chocolat" est vraiment un spectacle familial (pour les enfants à partir de 7 ans) auquel chacun goe avec gourmandise"

cliquer sur le logo pour voir l'article entier]



logo L'est républicain1999.jpeg L'Avant-scène 15 octobre 1998C'est beau, instrucif et savamment délirant, on y respire la pâte qui cuit (vraiment ! ), un spectacle savoureux et craquant à conseiller pour tous les âges - Hélène Kuttner

cliquer sur le logo pour voir l'article entier]



logo Radio France Vaucluse1998.jpeg Radio France Vaucluse 18 juillet 1998Un divertissement pédagogue qui agit comme une pochette surprise. ... Il est conseillé aux enfants d’emmener leurs parents. - Sabine Maillochon

cliquer sur le logo pour voir l'article entier]